RIP RICHARD OLIVIER

Auteur, réalisateur, écrivain et cinéaste, Richard Olivier était un des documentaristes les plus prolifiques de Belgique.

Il commence sa carrière derrière la caméra en 1971, avec un premier court-métrage de fiction « Y en a marre des bananes ». Pris de passion pour le cinéma, il crée la société de production Olivier Films avec Monique Licht, et tourne de nombreux documentaires pour la télévision, notamment pour la RTBF. Ses films, comme « Leurs trucs en plumes », « Strip School » et « Les Idolettes » mélangent spectacles et documents. En 1981, il réalise « Marvin Gaye à Ostende », documentaire qui retrace le passage du musicien américain sur la côte belge. 

Jetant un regard sans ambages sur la vie de son pays, il tourne de nombreux documentaires qui révèlent une « Belgique interdite« , tels que « Marchienne de vie », « Au fond Dutroux » ou encore « Un été à Droixhe ». Il a également collaboré à l’émission « Strip-tease« , dont il a notamment tourné le tout dernier sujet belge, « Le der des der », en 2002. En 2007, il remporte le prix du meilleur documentaire au Festival du Film Indépendant de Bruxelles, et le prix du meilleur documentaire belge de la Communauté française pour son long-métrage « Esther forever », en tournage depuis 7 ans.

En tant qu’auteur, il a participé à plusieurs ouvrages collectifs dont « Belgique, toujours grande et belle », « À Chacun son cinéma » et « À la Recherche du cinéma perdu« . Son dernier projet cinématographique, terminé en 2011, est la gigantesque série documentaire “Big Memory”. Composé d’entretiens face caméra de 13 minutes avec 170 cinéastes belges, ce panorama met en lumière une grande variété de réalisateurs, connus, inconnus et méconnus. 

Source site RTBF : https://cutt.ly/PzRvJ7Q

« La der des ders », le dernier épisode belge de Strip-Tease (archive Sonuma)

https://www.rtbf.be/auvio/detail_strip-tease?id=2615473&jwsource=cl