Le cycle Cinéma de Belgique du Nouveau Ciné-Club du Méliès (Villeneuve d’Ascq, Lille)

Le cycle Cinéma de Belgique du Nouveau Ciné-Club du Méliès (Villeneuve d’Ascq, Lille) a repris le 10 juin dernier avec une très belle séance autour de Home Sweet Home, de Benoit Lamy (1973), comédie post-68 contant la révolte de  pensionnaires d’une maison pour vieux, le film parfait pour saluer la fin de la fermeture des salles de cinéma et la sortie pour nous tous du confinement nocturne revendication de liberté, éloge de l’esprit de révolte, à la fois contre l’autoritarisme bureaucratique et le new-management, ode au « pouvoir des vieux » dans les maisons de retraite, critique de l’infantilisation par les couvre-feux, hommage au bistrot comme haut-lieu de la sociabilité populaire (tout cela, dans ce film !). 

La 9ème séance du cycle, jeudi 17 juin à 19 heures, regroupe en deux heures 6 films courts, de 4 auteurs 

(Luc de Heusch, Edmond Bernhard, Patrick Van Antwerpen, Karine de Villers), autant de portraits de Belgique.

Nouveau Ciné-Club

Cinéma Le Méliès, Villeneuve d’Ascq – Métro Ligne 1, Station Triolo

Cycle 2019-2020 : Cinéma de Belgique

Programmation et animation : Youcef Boudjémaï et Jacques Lemière

9ème séance – JEUDI 17 JUIN 2021, 19h

Programme (2h) de courts métrages, 1958-1990

LES GESTES DU REPAS, 1958, 22’, et 

LES AMIS DU PLAISIR, 1961, 28’ – N&B, de Luc de Heusch

DIMANCHE, 1963, 20’, N&B, d’Edmond Bernhard

LE BANC, 1971, 9’ – et L’AUTOBUS, 1973, 13’, couleur, de Patrick Van Antwerpen

JE SUIS VOTRE VOISIN, 1990, 21’, couleur, de Karine de Villers et Thomas de Thier

Luc de Heusch (1927-2012)

La pratique cinématographique de Luc de Heusch, anthropologue (il a étudié l’ethnologie à Paris en 1951-52 et est très tôt ami de Jean Rouch), commence en Afrique centrale (Fête chez les Hamba, 1954), après qu’il ait été assistant (1947-49) d’Henri Storck, et avant de faire revenir sa caméra sur la réalité belge : « Il m’enseigna une certaine éthique du cinéma en tant que témoin du réel (…). C’est grâce à lui que j’ai trouvé une issue cinématographique à deux passions, l’art et l’ethnologie » [cité par Jacqueline Aubenas, Dicdoc, 1999]. Car une autre veine de son inspiration cinématographique (outre son seul long-métrage, Jeudi on chantera comme dimanche, 1967), ce sont les films sur des peintres (Magritte, et Dotremont, Alechinsky, ses amis) de celui qui, jeune homme, fut lié aux activités du groupe COBRA (1948-1951).  (Nouveau Ciné-Club)

« Les Gestes du repas est le portrait caustique du belge qui mange : le rythme alimentaire, du marché à la table, de la fébrilité du snack à la solennité du banquet, comme révélateur des milieux sociaux. Plutôt que de chausser les lorgnons de l’universitaire, c’est le regard d’observateur narquois que le réalisateur a préféré porter sur nos conventions sociales dans ce document chaleureux où l’ethnosociologie est teintée d’ironie. Un ton semblable transparaît dans Les Amis du plaisir [« portrait affectueux d’une troupe de théâtre d’amateurs dans la commune rurale de Moulbaix », pour la Cinematek, avec le Fonds Henri Storck, DVD Luc de Heusch]. (…) Dans Les Gestes du repas et Les Amis du plaisir, la finesse du montage images-son conjugue intelligemment humour et respect des hommes que l’on filme. »

Revue Belge du Cinéma, « Itinéraires du Cinéma de Belgique », n°2, hiver 1982

Edmond Bernhard (1919-2001)

« Cinéaste passionné d’échecs et de philosophie, est un nom qui habite entièrement l’histoire du cinéma belge. Ancien professeur à l’Insas, cet homme raffiné, l’un des rares théoriciens du cinéma belge ayant pratiqué l’art, a marqué le cheminement de plusieurs générations de cinéastes, d’opérateurs et de monteurs par le questionnement ininterrompu de sa pensée.

Théoricien autant que praticien, il est l’auteur de La Thématique échiquéenne de Lolita [1985], analyse de l’adaptation par Kubrick du roman de Nabokov et d’une Apologie du Jazz [1945]. En tant que réalisateur, il se consacre à des œuvres empreintes de spiritualité catholique et de descriptions de rituels » (…). 

« Dimanche aurait dû être un film de commande sur le « problème » des loisirs. Mais en proche contemporain d’un Resnais de Marienbad ou d’un Meyer de la Fleur Maigre, Edmond Bernhard s’affranchit du thème imposé et transcende l’ennui ordinaire d’une grande ville (Bruxelles) pour suggérer la vacuité de l’existence. Une réussite majeure du cinéma belge, jalonnée des percussions de Fernand Schirren ».

https://www.avilafilm.be/fr/director/edmond-bernhard

« Edmond Bernhard constitue un cas singulier dans l’histoire du cinéma documentaire belge. En effet, alors qu’il a, comme beaucoup de cinéastes de la fin des années 50, travaillé à la commande, les films qu’il a réalisés dans ce contexte institutionnel, se révèlent des oeuvres éminemment subversives, tant par leur écriture que par leur contexte : elles s’apparentent par leur lyrisme, au documentaire poétique produit à la même époque en France (…). Face au talent qui est le sien, on peut regretter que sa carrière ait été si brève (au total, quatre documentaires et un film expérimental) » (…) « Dimanche, un film sur le thème des loisirs, combine des fragments d’espace et de durée que le spectateur identifie sans peine, tel lieu bien connu des Bruxellois (le Palais Royal, le Musée des Sciences Naturelles), telle activité rituelle des habitants de la ville le dimanche (jeux d’enfants dans les rues, promenades au bois de la Cambre). A partir de ces matériaux et de leur structuration se constitue une peinture du vide et de l’ennui. Le parti pris du film est manifeste, le choix des cadrages, les mouvements de la caméra résultent d’une visée : isoler les êtres, montrer la vacuité des espaces et créer une impression de statisme, d’immobilité mortelle. Cet essai lyrique démontre pleinement l’aptitude de Bernhard à confronter le spectateur à son vécu intime. Outre ses qualités esthétiques, c’est la force de ce cinéaste que de montrer de l’intérieur des aspects de la réalité sociale belge de l’après-guerre ».  

Geneviève Van Cauwenberge, dicdoc, le dictionnaire du documentaire, 191 réalisateurs de la Communauté française de Belgique Wallonie Bruxelles, 1999

Deux cinéastes invités (pour un film chacun, 4ème et 10ème séance du cycle, respectivement) dans ce cycle « Cinéma de Belgique » se prononcent ainsi sur Dimanche :

– Boris Lehman (Magnum Begynasium Brusselense, 1978) : « Sans le recours d’aucun commentaire, usant d’images extraordinaires sublimant des lieux communs (l’ennui du dimanche, des enfants qui jouent, un coureur dans un bois, un match de football…), Bernhard construit par un montage savant une œuvre exceptionnelle sur le sentiment du vide et de fossilisation du monde ».

Une Encyclopédie des cinémas de Belgique, Éditions Yellow Now, 1990

– Thierry Knauff (Wild Blue, Notes à quelques voix, 2000) : « Voir Dimanche (…), c’est passer d’un film “urbain” dont le silence est jalonné (et permis) par les percussions de Fernand Schirren à un autre univers porté par les sons d’un fleuve, d’une forêt et de la vie qui s’y déploie. Chacun à sa façon, permettant finalement, je l’espère, l’écoute d’une sorte de silence intérieur.

https://www.cinergie.be/actualites/vita-brevis-de-thierry-knauff

Patrick Van Antwerpen (1944-1990)

Patrick Van Antwerpen par lui-même : « Je suis plutôt un chercheur … qui cherche par moi-même et pour le public … à travers le cinéma … L’aspect drôle des choses m’attire beaucoup … La Belgique se prête bien à cela. Il y a une grande qualité d’humour ici … on le sent à travers l’Histoire … les événements dramatiques qui sont souvent vus de façon plaisante … »

http://fondshenristorck.be/autres/patrick-van-antwerpen/patrick-van-antwerpen-par-lui-meme/

Le Banc – « Il y a des gens qui ne vont jamais s’asseoir sur un banc public et il y a des gens qui vont parfois s’asseoir sur un banc public. Ce sont des gens très différents ; les uns marchent très vite, les autres arrivent, restent un moment et puis s’en vont. Ceux-ci m’ont particulièrement intéressé, surtout au moment où ils sont assis. Qu’est-ce qu’ils font ? Est-ce qu’ils parlent ? Qu’est-ce qu’ils disent ? Mon idée était de faire un court film sur cela, de montrer cinq personnes très différentes entre elles mais qui toutes pouvaient venir bavarder un moment sur un banc public ».

Patrick Van Antwerpen

L’Autobus  « C’est une histoire toute simple, tournée dans une calme rue bruxelloise. Des gens attendent l’autobus qui a du retard. Ils parlent, se font de petites confidences, traitent du temps et se donnent quelques conseils pratiques. En fait, ils ne se disent pas grand-chose. C’est la vie qui va, dans son inquiétante banalité, que nous montre Van Antwerpen. »

Luc Honorez, Le Soir, 1974

Karine de Villers

« Après ses études, Karine de Villers a abandonné le terrain des fouilles et de l’ethnologie* pour s’intéresser à un autre rituel : le cinéma avec son écran magique qui embaume le temps. Karine de Villers a un regard d’ethnologue. Elle s’intéresse à ses voisins et nous les fait découvrir avec toute leur étrangeté et leur proximité dans Je suis votre voisin (co-réalisé avec Thomas de Thier). 

Jean-Marie Vlaeminckx le dictionnaire du documentaire, 191 réalisateurs de la Communauté française de Belgique Wallonie Bruxelles, 1999

« Je suis votre voisin nous ramène au premier plan du cinéma des frères Lumière, « la sortie d’usine » – les ouvriers poussent la porte, sortent et viennent à notre rencontre. Ils créent du lien avec le spectateur. Ils s’emparent de la rue – prolongement de leur espace privé en faisant leur autoportrait devant la façade de leur maison. Sorte de co-présence – être avec – ensemble ».

Patrick Leboutte, professeur de cinéma à l’INSAS et critique de cinéma 

Elle a notamment étudié l’anthropologie à l’ULB où elle a eu comme professeur Luc de Heusch, à qui elle a consacré en 2007 un beau film biographique, Luc de Heusch, une pensée sauvage. Elle a développé une oeuvre (Place à St JosseLe Petit Château) qu’elle poursuit depuis 2010 dans des films co-réalisés avec le cinéaste italien Mario Brenta (Calle de la Pietà, 2010 – Agnus Dei, 2012 – Corpo a corpo, 2014 – Black Light, 2015 – Delta Park, 2016 – Le sourire du chat, 2018).  (Nouveau Ciné-Club)

Rappel des séances antérieures

Séance d’ouverture – Jeudi 26 septembre 2019, 20h, TABLEAU AVEC CHUTES, de Claudio Pazienza, 1997, 104′, couleur. En présence de Claudio Pazienza

2ème séance – Jeudi 24 octobre, 20h, MARCHIENNE DE VIE, de Richard Olivier, 1994, 58′ – MEMOIRES, de Jean-Jacques Andrien, 1984, 55′, couleur et N&B. En présence de Jean-Jacques Andrien

3ème séance – Jeudi 28 novembre, 20h, MISERE AU BORINAGE, de Joris Ivens et Henri Storck, 1933, N&B, 27’ ‘ RONDE DE NUIT, de Jean-Claude Riga, 1984, couleur, 53’ – En présence de Jean-Claude Riga

4ème séance – Jeudi 19 décembre, 20h, MAGNUM BEGYNASIUM BRUXELLENSE, de Boris Lehman, 1978, 145′, couleur et N&B. En présence de Boris Lehman

5ème séance – Jeudi 30 janvier 2020, 20h, Films de Paul Meyer (1920-2007), KLINKAART, 1957, 20’, N&B – DEJA S’ENVOLE LA FLEUR MAIGRE, 1960, 84’, N&B

6ème séance – Jeudi 20 février, 20h – L’HOMME AU CRÂNE RASE, film d’André Delvaux (1926-2002), 1966, 94’, N&B

7ème séance – Jeudi 24 septembre 2020, 20h – JEANNE DIELMAN, 23 QUAI DU COMMERCE, 1080 BRUXELLES, film de Chantal Akerman (1950-2015), 1976, 200’, couleur 

8ème séance – Jeudi 10 juin 2021, 19h – HOME SWEET HOME, de Benoit Lamy (1945-2008), 1973, 91’, couleur

10ème et dernière séance du cycle

Jeudi 8 juillet – MORT A VIGNOLE, d’Olivier Smolders, 1998, 25′, N&B, et WILD BLUE, de Thierry Knauff, 2000, 68′, N&B 

*

Prochain cycle, septembre 2021 – juin 2022

PAYSANS, PAYSAGES

BILAN 2020

Manifestement, les deux chantiers importants que l’ARPi a initiés en 2020 (le « SMA » et le « Contrat de filière ») ont trouvé un écho favorable auprès de Madame la Ministre Bénédicte Linard et le Centre du cinéma de la FWB ainsi que dans les associations professionnelles, nous en sommes ravis.

ci-dessous le lien vidéo du bilan 2020. Attention : le streaming commence à 15:22.

https://fb.watch/62RVWVaXbK/

OSCAR pour Chloé ZAO

Réalisatrice, scénariste, productrice.

Chloé Zhao or Zhao Ting (born March 31, 1982) is a Chinese film director, screenwriter, and producer. Her debut feature film, Songs My Brothers Taught Me (2015), premiered at Sundance Film Festival. Her second feature film, The Rider (2017), was critically acclaimed and received several accolades including nominations for Independent Spirit Award for Best Film and Best Director.

Zhao was born and raised in Beijing, China, to father and stepmother, Chinese actress Song DanDan. Growing up, she was very rebellious, and drawn to influences from Western pop culture. She attended a boarding school in London before moving to Los Angeles to finish high school. Zhao studied at Mount Holyoke College earning a bachelor’s degree in political science. She worked odd jobs as a party promoter, in real estate, and bartending before studying film production at New York University Tisch School of the Arts.

In 2010, Zhao’s short film Daughters premiered at the Clermont-Ferrand International Short Film Festival and won Best Student Live Action Short at the 2010 Palm Springs International ShortFest and Special Jury Prize at the 2010 Cinequest Film Festival.

In 2015, Zhao directed her first feature film, Songs My Brothers Taught Me. Filmed on location at the Pine Ridge Indian Reservation in South Dakota, the film depicts the relationship between a Lakota Sioux brother and his younger sister. The film premiered as part of the U.S. Dramatic Competition at Sundance Film Festival. It later played at Cannes Film Festival as part of the Director’s Fortnight selection. The film was nominated for Best First Feature at the 31st Independent Spirit Awards.

In 2017, she directed The Rider, a contemporary western drama which follows a young cowboy’s journey to discover himself after a near-fatal accident ends his professional riding career. Similar to her first feature, Zhao utilised a cast of non-actors who lived on the ranch where the film was shot. Zhao’s impetus for making the film came when Brady Jandreau – a cowboy whom she met and befriended on the reservation where she shot her first film – suffered a severe head injury when he was thrown off his horse during a rodeo competition. Jandreau later starred in the film playing a fictionalised version of himself as Brady Blackburn. The film premiered at Cannes Film Festival as part of the Directors’ Fortnight selection and won the Art Cinema Award. The film earned her nominations for Best Feature and Best Director at the 33rd Independent Spirit Awards. At the same ceremony, Zhao became the inaugural winner of the Bonnie Award, named after Bonnie Tiburzi, which recognizes a mid-career female director. The film was released on April 13, 2018 by Sony Pictures Classics and was critically acclaimed.

In April 2018, it was announced that Amazon Studios greenlit Zhao’s upcoming untitled Bass Reeves biopic, a historical Western about the first black U.S. Deputy Marshal. Zhao is set to direct the film and write the screenplay. In September 2018, Marvel Studios hired her to direct a film based on the Eternals.

– IMDb Mini Biography By: ahmetkozan

Série radio passionnante sur Stanley Kubrick

Les films de Kubrick constituent un imagier à la fois populaire et sophistiqué de quelques-unes des figures les plus marquantes des événements de la modernité : la rencontre de l’espèce humaine et de ses artefacts, les métamorphoses de la violence domestique et politique, et quelques visages du mal.

Avec : Philippe Fraisse, professeur de philosophie,  contributeur de la revue Positif et auteur de Le cinéma au bord du monde. Une approche de Stanley Kubrick (L’Infini/Gallimard, 2010)

https://www.franceculture.fr/emissions/la-compagnie-des-auteurs/stanley-kubrick-34-une-cosmogonie-poetique

RIP RICHARD OLIVIER

Auteur, réalisateur, écrivain et cinéaste, Richard Olivier était un des documentaristes les plus prolifiques de Belgique.

Il commence sa carrière derrière la caméra en 1971, avec un premier court-métrage de fiction « Y en a marre des bananes ». Pris de passion pour le cinéma, il crée la société de production Olivier Films avec Monique Licht, et tourne de nombreux documentaires pour la télévision, notamment pour la RTBF. Ses films, comme « Leurs trucs en plumes », « Strip School » et « Les Idolettes » mélangent spectacles et documents. En 1981, il réalise « Marvin Gaye à Ostende », documentaire qui retrace le passage du musicien américain sur la côte belge. 

Jetant un regard sans ambages sur la vie de son pays, il tourne de nombreux documentaires qui révèlent une « Belgique interdite« , tels que « Marchienne de vie », « Au fond Dutroux » ou encore « Un été à Droixhe ». Il a également collaboré à l’émission « Strip-tease« , dont il a notamment tourné le tout dernier sujet belge, « Le der des der », en 2002. En 2007, il remporte le prix du meilleur documentaire au Festival du Film Indépendant de Bruxelles, et le prix du meilleur documentaire belge de la Communauté française pour son long-métrage « Esther forever », en tournage depuis 7 ans.

En tant qu’auteur, il a participé à plusieurs ouvrages collectifs dont « Belgique, toujours grande et belle », « À Chacun son cinéma » et « À la Recherche du cinéma perdu« . Son dernier projet cinématographique, terminé en 2011, est la gigantesque série documentaire “Big Memory”. Composé d’entretiens face caméra de 13 minutes avec 170 cinéastes belges, ce panorama met en lumière une grande variété de réalisateurs, connus, inconnus et méconnus. 

Source site RTBF : https://cutt.ly/PzRvJ7Q

« La der des ders », le dernier épisode belge de Strip-Tease (archive Sonuma)

https://www.rtbf.be/auvio/detail_strip-tease?id=2615473&jwsource=cl